Hypersensibilité chimique multiple
logo panier
  • Nombre d'articles : 0
  • Montant T.T.C. : 0.00 €

Hypersensibilité chimique multiple


Vous êtes fatigué ? Vous avez le ventre en vrac ? Vous n’arrivez pas à vous concentrer ? Et vous sentez les odeurs à des kilomètres, d’ailleurs, vous avez le nez si douloureux… Vous avez tous les symptômes de l’allergie, mais pas seulement : vous avez mal partout, vous sombrez dans une sorte de déprime inexplicable et, en plus, vous avez de l’acné !

En fait, les symptômes sont si nombreux
et si variés que vous courez en vain les consultations médicales sans qu’on puisse mettre un nom sur votre maladie. Célestine Delorghon, elle, sait aujourd’hui ce qu’elle a : elle souffre de MCS (Multiple Chemical Sensitivity), autrement dit, d’hypersensibilité chimique multiple. Et elle nous retrace son parcours dans un livre passionnant (et même drôle malgré la gravité du sujet) grâce auquel de nombreuses personnes mettront enfin un nom sur ce qui les touche, et pourront commencer à s’en sortir après souvent des années de galères.

Un odorat très étonnant
Célestine ne peut plus rien sentir, elle a l’odorat déréglé ! Son odorat est mille fois plus sensible que le nôtre !

Jusqu’au jour...

Célestine a petit à petit sombré, avec des symptômes divers et variés de plus en plus fréquents (problèmes ORL, mal partout, troubles digestifs, maux de tête…), jusqu’au jour où tout a fini par basculer.

Elle est épuisée, a mal partout, entend moins bien, voit moins bien, marche en titubant… Elle ne se reconnaît plus : « En temps normal, je suis indépendante, dynamique, maîtresse de la plupart des situations auxquelles je suis confrontée, mais là… C’est un peu comme si j’expérimentais "la métamorphose" de Kafka, à la différence près que j’ai plutôt le ressenti d’une transformation en poulpe ! 3 de QI. »

Un article salvateur
C’est en lisant un article sur l’allergie aux solvants que Célestine commence à comprendre ce qui lui arrive : « Chez pratiquement tous les patients, on observe des
troubles de la concentration et de la mémoire, des troubles émotionnels et une dépression pouvant aller jusqu’à des idées suicidaires.
Un manque d’entrain et un retrait de la vie sociale, des troubles du sommeil ou de l’hyperthyroïdie. Des troubles gastro-intestinaux avec modifications cutanées, des
douleurs musculaires et articulaires, une intolérance à l’alcool et une perte d’acuité auditive. »

MCS : définition
« Le MCS est l’abréviation de Multiple Chemical Sensitivity, soit en français, hypersensibilité chimique multiple. » Cette maladie est reconnue par l’OMS et dans de nombreux pays.

« Les patients atteints sont extrêmement sensibles à l’exposition aux produits chimiques. Du fait d’une perte de tolérance induite par une intoxication affectant le système nerveux central, le corps ne se désintoxique plus normalement. Tout commence par une phase de sensibilisation lors d’une exposition à un ou plusieurs produits chimiques. » Au départ, les symptômes sont légers, puis de plus en plus marqués et fréquents.

L’errance médicale
Avant de mettre un mot sur tous ces symptômes qui vous conduisent en principe directement à la case psy (d’ailleurs, ils finissent par être déprimants, même chez une personne aussi drôle et enthousiaste que Célestine), c’est le parcours du combattant.

Que faire ?

Célestine a dû s’éloigner de tous les produits toxiques qui, au fil du temps, ont intoxiqué son organisme : « En attendant que la médecine trouve une explication et
une solution thérapeutique, seule l’éviction peut permettre la disparition des symptômes. » Non seulement elle n’a pas pu continuer à travailler comme enseignante, mais chez elle, au quotidien, elle a commencé à « traquer » ce qui pouvait lui nuire : « Cette tâche va se révéler plus ardue qu’elle n’en a l’air.
En effet, tout devient compliqué : manger, se laver, s’habiller, se loger, travailler, s’amuser. Car les produits chimiques sont partout, même là où on ne les attend pas ! »

Revivre
Célestine, malgré les obstacles, garde son humour et reste une battante. Elle a mis au point un « plan de bataille » et elle nous l’explique dans son ouvrage. Elle a réorganisé sa vie pour refaire surface.

Elle a éloigné un maximum de « poisons » de son environnement
. Elle mange différemment (sans gluten et sans caséine, moins de viande), utilise des produits d’hygiène simplissimes (bicarbonate de soude en tête)… Enseignante, elle a eu la chance d’être soutenue par sa hiérarchie.

Aujourd’hui, Célestine va mieux
, et tente même quelques sorties. Et elle imagine bien pouvoir affronter un jour, à nouveau, le monde extérieur.

L'intégralité des extraits choisis et mis en forme par Sophie Lacoste dans Rebelle-Santé n° 155.

Le livre de Célestine Delorghon est disponible dans la boutique de Rebelle-Santé.com

 

 

Afficher toutes les actualités

bandeau images